lundi 31 octobre 2011

Aincourt, Ballade en Vexin








Le reste de notre ballade du jour : Aincourt, Magny, ...dans le Vexin.
Pictures of our day, spended near the villages of Aincourt and Magny, Vexin.

Le jardin japonais du Centre hospitalier du Vexin, Aincourt













A Aincourt (Vexin) se dressait autrefois un gigantesque sanatorium destiné à soigner les nombreux cas de tuberculose. Aujourd'hui, un seul bâtiment est encore en service. Il abrite un centre hospitalier qui accueille des patients en rééducation, souvent après un accident. Mon frère y a passé 4 ans suite à un terrible accident de moto. Au pied de ce pavillon, on trouve un somptueux jardin japonais.C'est l'oeuvre du Docteur Hamon alors directeur du Centre médical de la Bucaille en 1970. Ce passionné du Japon créa le jardin pour le mieux-être des malades.
In Aincourt (Vexin, 40 km from Paris) once stood a huge sanatorium for treating many cases of tuberculosis. Today, only one building is still in use. It is now an hospital that receives patients in rehabilitation, often after an accident. My brother spent there 4 years  after a terrible motorcycle accident. At the foot of the pavilion, there is a beautiful japanese garden. It has been created for the well-being of patients, by the Dr. Hamon then director of the Medical Bucaille Center in 1970.

Sanatorium d’Aincourt, Pavillon Adrien Bonnefoy Sibour












Le sanatorium d’Aincourt a été inauguré en 1937, et prévu pour soigner 150 malades atteints de tuberculose. Il comprends plusieurs bâtiments, dont le pavillon Adrien Bonnefoy Sibour. En 1939, les autorités militaires le réquisitionnent. Les premiers prisonniers résistants sont internés à partir du 5 octobre 1940. Ce sont, tout d’abord des communistes ou supposés l’être. Prévu pour 150 personnes, le camp a été vite surpeuplé. Il atteint 600 internés à la fin des années quarante. En mai suivant, Aincourt est réservé aux femmes résistantes, leurs enfants sont confiés à l’assistance publique. Livrées à la Gestapo par la police de Vichy, elles ont été en majorité déportées au camp de Ravensbrück d’où bien peu d’entre elles sont sorties vivantes. Le camp a été officiellement dissous le 13 septembre 1943. Malgré son classement, le bâtiment est livré au vandalisme depuis des années.

The sanatorium of Aincourt was opened in 1937 and planned to treat 150 patients (tuberculosis). There are several buildings, including the Adrien Sibour Bonnefoy pavilion, requisitioned in 1939 by the military authorities. The first resistant prisoners were interned from the October 5, 1940. These are, first of all communists or supposed to be. Planned for 150 people, the camp was soon overcrowded. It reaches 600 interned in the late forties. The supervision of the camp was provided by French gendarmes. The Director ensures strict discipline. In early 1942, the camp is gradually emptied of its internees. The following May, Aincourt is reserved for resistant women, their children are entrusted to public assistance. Delivered to the Gestapo by the Vichy police, they were mostly deported to Ravensbrück camp where few of them came out alive. The camp was officially disbanded September 13, 1943. The building is offically under protection but is supplied to vandalism for years.

samedi 29 octobre 2011

Les Glycines, Nesles la Vallée




















Une belle idée que d'aller flâner aux Glycines, à Nesles-la-Vallée. Magnifique en toutes saisons, somptueux avec ce bel automne. Une délicieuse jardinerie dans un environnement de charme, la belle balade du week-end.
A nice idea for the week end : "les glycines" a nice charming garden nursery in the quiet village of  Nesles la Vallée. Beautiful in all seasons, luxurious with this beautiful fall.
Voir les photos prises en été - After the jump, pictures taken during summer.
Les Glycines
6 r Pontoise
95690 Nesles-La-Vallée
01 34 70 84 61

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...